Ce blog est celui de l'émission radiophonique Culture Prohibée. Produite et animée par les équipes des Films de la Gorgone et de Radio Graf'Hit, Culture Prohibée vous invite, chaque semaine, à découvrir divers aspects de la contre-culture à travers des émis-sions thématiques (le mouvement beatnik, le polar, la presse cinéma, le rock alternatif, le giallo, etc.) et des rencontres passion-nantes (interviews de Dario Argento, Bertrand Tavernier, Philippe Nahon, Costa-Gavras, etc.). Culture Prohibée est une émission hebdomadaire d'une heure diffusée le mardi à 17H sur les ondes de Radio Graf'Hit (rediffusions le samedi à 10H et le dimanche à 23H), une radio compiègnoise (Oise) du Réseau Ferarock. L'émission est également diffusée sur d'autres antennes : Radio Active 100 FM à Toulon, Radio Ballade à Espéraza, Radio Béton à Tours, Clin D'Oeil FM à Sophia-Antipolis, C'rock Radio à Vienne, Radio Valois Multien à Crépy en Valois et Radio Panik à Bruxelles.
Ce blog constitue un complément à l'émission en vous proposant des interviews inédites, des prolongements aux sujets traités à l'antenne ainsi qu'un retour détaillé sur les sorties DVD et bouquins que nous abordons "radiophoniquement". Autre particularités du blog, vous fournir le sommaire détaillée ainsi que la playlist de chaque émission. Pour plus d'infos, vous pouvez vous connecter sur le FB de l'émission en cliquant ici.
Vous pouvez écouter et télécharger l'émission sur le site des Films De La Gorgone.

jeudi 20 octobre 2011

War Land

Origine : Croatie
Année : 2007
Un film réalisé par Kristijan Milic
Avec Filip Sovagovic, Velibor Topic, Slaven Knezovic, Marinko Prga, Borko Peric, Miro Barnjak, Bozidar Oreskovic, Enes Vejzovic…
Edité en DVD Zone 2 dans notre bel hexagone par Opening (2011)


Réalisé en 2007 par Kristijan Milic, War Land est le premier long d'un metteur en scène dont les courts-métrages on fait un tabac en festival, à l'image de Sigurna kuca (petit polar de 30mns-2002). War Land, bien que multi-récompensé (une quinzaine de prix ammassée dans le monde entier), demeure inédit dans l'hexagone, l'affront est désormais réparé par le travail éditorial d'Opening.
War Land décrit le parcours de deux groupes de militaires pris dans les tourments de la guerre lors de deux conflis différents :
-La seconde guerre mondiale, en 1943, durant laquelle un bataillon croate défend une position stratégique.
-La guerre de Bosnie, en 1993, durant laquelle une troupe de soldats tente de survivre dans une ex-Yougoslavie en proie à un conflit civil.


A la limite du fantastique, cette pelloche, à travers un protagoniste qui traverse les deux époques, délivre un message certes simpliste sur l'absurdité de la guerre mais tellement juste. L'illustration de cette thématique est d'ailleurs fort habile, en particulier lors de l'évocation du sort fait aux juifs comme aux musulmans en 1943 et en 1993. Ce film évite aussi l'écueil d'un nationalisme exacerbé (à l'inverse du travail, au hasard, du bosniaque Emir Kusturica-lire à ce sujet l'excellent édito de Thomas Roland pour Le coin de l'oeil).
Aucun triomphalisme n'est mis en avant, ces soldats sont appeurés, sans cesse en repli, et surtout, leur mort a rarement lieu au combat. Un trouffion est tué durant sa "grosse commission", un autre pendant qu'il joue de l'accordéon, la faucheuse ne frappe jamais là ou on l'attend. Il arrive même que, terrorisés, les frères d'arme s'entretuent involontairement. Comme le disait si bien Jacques Prévert "Quelle connerie la guerre!".


Elégamment filmé par un Kristijan Milic adepte du plan large, War Land se conclut dans une atmosphère "Lovecraftienne" lors d'une scène plus émouvante qu'effrayante. Si cette bobine n'est pas un chef-d'oeuvre absolu, elle s'avère bien plus réussie que nombre de métrages du genre surenchérissant dans une représentation très graphique du combat (le syndrome post-Soldat Ryan). Ici les hommes sont hantés par la mort (d'où la logique implacable du final), perdus dans un "no man's land" insensé, ou même l'un des leurs peut s'avérer bourreau.
Parfois, loin du clinquant hollywoodien, un cinéaste avec peu de moyens réussit une oeuvre touchante, compensant l'absence de dollars par une écriture d'une grande justesse. C'est ce qu'accomplit, avec War Land, le talentueux Kristijan Milic, aujourd'hui retombé dans l'anonymat de la réalisation télévisuelle : quel gâchis!
Hanzo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire