Ce blog est celui de l'émission radiophonique Culture Prohibée. Produite et animée par les équipes des Films de la Gorgone et de Radio Graf'Hit, Culture Prohibée vous invite, chaque semaine, à découvrir divers aspects de la contre-culture à travers des émis-sions thématiques (le mouvement beatnik, le polar, la presse cinéma, le rock alternatif, le giallo, etc.) et des rencontres passion-nantes (interviews de Dario Argento, Bertrand Tavernier, Philippe Nahon, Costa-Gavras, etc.). Culture Prohibée est une émission hebdomadaire d'une heure diffusée le mardi à 17H sur les ondes de Radio Graf'Hit (rediffusions le samedi à 10H et le dimanche à 23H), une radio compiègnoise (Oise) du Réseau Ferarock. L'émission est également diffusée sur d'autres antennes : Radio Active 100 FM à Toulon, Radio Ballade à Espéraza, Radio Béton à Tours, Clin D'Oeil FM à Sophia-Antipolis, C'rock Radio à Vienne, Radio Valois Multien à Crépy en Valois et Radio Panik à Bruxelles.
Ce blog constitue un complément à l'émission en vous proposant des interviews inédites, des prolongements aux sujets traités à l'antenne ainsi qu'un retour détaillé sur les sorties DVD et bouquins que nous abordons "radiophoniquement". Autre particularités du blog, vous fournir le sommaire détaillée ainsi que la playlist de chaque émission. Pour plus d'infos, vous pouvez vous connecter sur le FB de l'émission en cliquant ici.
Vous pouvez écouter et télécharger l'émission sur le site des Films De La Gorgone.

mercredi 31 août 2011

Journée noire pour le bélier A.K.A. The fifth cord

Origine : Italie
Année : 1971
Un film réalisé par Luigi Bazzoni
Avec Franco Nero, Silvia Monti, Wolfgang Preiss…
Edité en DVD Zone 0 (version anglaise non sous-titrée) chez Blue Underground (2006)et en VHS SECAM chez Delta Vidéo Diffusion
sous les titres Journée noire pour le Bélier/Jour maléfique





Andrea est un journaliste porté sur la bouteille. Il enquête sur une série de meurtres dont il devient, bien involontairement, le principal suspect...





Le réalisateur Luigi Bazzoni semble avoir privilégié la qualité au détriment de la quantité puisque sa filmographie se résume à six films pour le cinéma et que, parmi ceux-ci, les titres qui nous sont parvenus se distinguent par leur originalité. On peut citer L’homme, l’orgueil et la vengeance (1968) avec Franco Nero et Klaus Kinski, étonnante adaptation western de Carmen ou Le orme (1975), étrange thriller teinté de science-fiction et variation libre autour du film d’Alain Resnais L’année dernière à Marienbad (1961). Entre ces deux œuvres à la fois personnelles et pleinement ancrées dans le genre, Luigi Bazzoni signe donc cette Journée noire pour le Bélier (titre original) que l’on peut classer dans la catégorie du « giallo » (thriller sanglant à l’italienne avec tueur mystérieux et scènes de meurtres stylisés). Ce genre est alors à son apogée (son âge d’or se situe entre 1969 et 1972) après les succès des premiers films de Dario Argento (L’oiseau au plumage de cristal-1969) et de quelques titres particulièrement réussis à l’époque (La queue du scorpion de Sergio Martino, La tarentule au ventre noir de Paolo Cavara, tous deux de 1971).





En quittant un club après le réveillon du jour de l’An, un enseignant est violemment agressé et laissé inconscient. Le journaliste Andrea Bild (Franco Nero, le Django de Sergio Corbucci, 1966), entre deux cuites au J&B, est chargé de l’enquête. Peu après, la femme handicapée d’un médecin ayant participé à la même soirée que le professeur molesté est assassinée, un gant auquel il manque un doigt est placé près de son cadavre. Alors que la police piétine, l’employeur d’Andrea est retrouvé mort dans un parc, un gant découpé à un doigt près du corps ; sans alibi, le journaliste passe du statut d’enquêteur à celui de suspect numéro un !





Une courte mais efficace séquence pré-générique nous fait entendre la voix chuchotante et menaçante du tueur (enregistrée sur une bande) puis nous fait pénétrer par une série de travellings avant en très grand angle (vision « fish-eye ») dans la discothèque où sont réunis les futurs protagonistes. Un cri de femme vient clore la séquence. Ce prologue filmé du point de vue de l’assassin (voix off, caméra subjective, vision « déformée » de la réalité…) sera l’unique accès que nous aurons à l’univers mental de ce dernier. En effet, c’est ensuite du point de vue désabusé et alcoolisé du journaliste Andrea que les événements sont perçus et rapportés ; incarné avec beaucoup de justesse par Franco Nero, ce personnage emprunte beaucoup à la figure du détective privé du film noir américain (les attributs vestimentaires : imper, feutre mais aussi les méthodes d’investigation entre faux flegme et vrais éclats de violence).







De même, il semble que c’est plutôt du côté du thriller anglo-saxon que The Fith Cord puise son influence, les scènes de meurtres recherchant davantage la sobriété du suspense que l’esthétisme choc propre à la plupart des « giallos ». A ce titre, la première attaque du tueur est tout à fait remarquable, celle-ci ne durant que quelques secondes (la victime impotente est étranglée puis jetée du haut d’un escalier) mais succédant à une longue séquence muette où la femme rampe sur le sol, son visage cadré de près semblant supplier le spectateur. Points d’orgue habituels du « giallo », les meurtres et leur ritualisation passent ici au second plan : le patron d’Andrea meurt d’une crise cardiaque avant que l’assassin ne puisse utiliser son arme blanche et une femme est retrouvée noyée dans sa baignoire sans que l’on ait vu le modus operandi du tueur. En lieu et place des traditionnelles effusions de sang propres au genre, Luigi Bazzoni opte plutôt pour un univers à la violence froide et diffuse, à l’image de l’environnement dans lequel évoluent ses personnages. L’espace urbain tient dans le film un rôle prépondérant : l’architecture moderne, faite d’immenses tours, de souterrains déserts, de ponts gigantesques ou d’escaliers monumentaux, écrase, menace et isole les personnages et confère à la ville (non identifiée) une dimension quasi-monstrueuse. Très souvent filmé en plongée lors de ses déplacements dans cet espace, le journaliste Andrea n’en apparaît que plus perdu et abandonné, à l’image en fait de la plupart des protagonistes (Helen, son ex-femme esseulée, Giulia, la prostituée…).






Au-delà de sa trame policière parfois confuse (il y a certainement trop de personnages secondaires et de sous-intrigues un peu inutiles), The Fifth Cord développe un sous-texte tout à fait passionnant où le cadre urbain (la Cité et ses formes géométriques disproportionnées mais aussi les intérieurs aussi vastes que désincarnés) devient un reflet de l’âme de ceux qui le traverse. De plus, à l’image de certains films américains de l’époque (Klute de Alan J. Pakula, sorti la même année), le métrage de Luigi Bazzoni convoque une atmosphère proche de la paranoïa où les espaces à la fois infinis et déserts qui dominent les personnages semblent contenir et protéger l’insaisissable assassin. La menace invisible finit par exploser dans le dernier quart d’heure du film qui voit se succéder un mémorable assaut nocturne du tueur dans une demeure isolée puis une époustouflante course poursuite filmée caméra à l’épaule entre ce dernier et Andrea dans une usine désaffectée. Doté d’une photographie somptueuse (due au grand chef-opérateur Vittorio Storaro qui a travaillé aussi bien pour Dario Argento que pour Francis Ford Coppola sur Apocalypse Now-1979), The Fifth Cord s’impose finalement comme une œuvre puissante et originale qui semble préfigurer par son atmosphère urbaine, morbide et glaciale le Ténèbres de Dario Argento (1982) et annoncer le désenchantement existentiel qui sera à l’œuvre dans les « poliziotteschi » des années à venir.
Alexandre Lecouffe

lundi 29 août 2011

On the air


C'est aujourd'hui, le 30 août à 14H, que toute l'équipe de Culture Prohibée reprend le chemin des studios pour enregistrer le début de la saison 3. La réouverture des hostilités est prévue pour le mardi 6 septembre à 17H sur l'antenne de Graf'Hit, bientôt plus d'informations...

DMZ T9 Coeurs et esprits


C'est chez Panini Comics que vient de sortir, dans notre bel hexagone, le nouveau volume du comics publié aux States par Vertigo (la division adulte de chez DC Comics) : DMZ.
Avant de revenir sur ce qui constitue l'un des tout meilleurs comics de tous les temps (avec Preacher et Transmetropolitan), rappelons ce qu'est une DMZ. Selon Wiki, voilà ce qu'est une DMZ : "Dans son sens premier, la zone démilitarisée - de l'anglais Demilitarized Zone ou DMZ - désigne la zone qui sépare la Corée du Nord de la Corée du Sud sur 30 km aux alentours du 38e parallèle depuis la Guerre de Corée. Elle assure que chacun des deux camps pourra apercevoir une manœuvre de l'ennemi de pénétration de la zone (et donc une volonté de guerre). Une zone similaire fut instaurée lors de la partition du Viêtnam."


DMZ, c'est aussi un comics qui paraît aux USA depuis 2005 (2007 en France), écrit par Brian Wood et illustré par l'italien Riccardo Burchielli, qui raconte les mésaventures d'un apprenti journaliste, Matty Roth, perdu au milieu d'une DMZ. Mais attention, pas n'importe quelle zone démilitarisée, non, celle-ci se situe aux USA, dans le New Jersey (à New York), dans un futur très proche. Effectivement, le monde décrit par Brian Wood est celui d'une Amérique dévastée par une guerre civile avec, au centre, cette fameuse DMZ qui cristallise l'ensemble des maux de nos sociétés contemporaines.


C'est donc le neuvième tome de cette saga qui vient de paraître, et comme tous les précédents, il est à lire de toute urgence. Une fois de plus, Brian Wood y fait preuve de tout son talent pour décrire, tel un sociologue, un pays dont les valeurs s'effondrent devant l'incohérence de son système économique. Bien sûr, les analogies avec l'investissement US dans différents conflits au Moyen Orient sont nombreuses, on retrouve des mercenaires qui défendent autre chose que la démocratie, un peuple entre rêve et désillusion face à un dirigeant qui n'est pas sans évoquer un "présidente" vénézuelien, la présence d'armes de destruction massive, la collusion entre médias et pouvoir réactionnaire... enfin bref, la richesse thématique de ce comics est infinie. Mais dans cet opus, on assiste aussi à la lente déchéance d'un Matty Roth, idole d'une presse indépendante, qui s'aperçoit qu'il n'est qu'un pion parmi tant d'autres. Enfin bref, dépéchez-vous d'acquerir ce DMZ T9 Coeurs et esprits, c'est une vraie bombe (dans tous les sens du terme)!!!
Hanzo

samedi 27 août 2011

Vidéotopsie is back!!!


Après 10 ans de silence, le nouveau numéro de Vidéotopsie est désormais disponible, au sommaire de ce numéro 11 (52 pages, couverture couleurs, 7 €uros) :
-La perle bis d'Andrea Bianchi autopsiée : Le Manoir de la Terreur;
-Reviews Bis : avec Bruno Mattei, Antonio Margheriti, Jean Rollin, David Schmoeller, John Russo, Brigitte Lahaie, Linda Blair;
-Dossier "Vigilante Movies" : Charles Bronson (et les autres!);
-La cultissime Collection Gore, avec l'oeuvre d'Axelman décortiquée.
Soit vous le commandez sur notre site www.lesfilmsdelagorgone.fr (nous rappelons que pour nos adhérents les frais de port sont gratuits), soit à David DIDELOT / Vidéotopsie / 9 Rue Maryse Bastié / 52000 CHAUMONT / videotopsie@gmail.com (paiement par chèque à l'ordre de David DIDELOT-pensez à ajouter 1,50 €uro pour les frais de port).
Retrouvez, dans notre émission de rentrée du 6 septembre, une interview de David DIDELOT qui évoque son retour "fandomatique" qui nous fait bien plaisir.

mardi 23 août 2011

Prochainement sur cet écran...


Prochainement sur cet écran : retrouvez Zombies Of Mass Destruction, ou quand l'Oncle Sam dégage une forte odeur pestilentielle...


Prochainement sur cet écran : de la Série Noire, avec une interview de Dominique Manotti, certainement l'une des deux ou trois meilleurs auteurs de polar "made in hexagone"...


Prochainement sur cet écran : un giallo méconnu, Journée Noire Pour Le Bélier, dans lequel Franco Nero, sous la férule de Luigi Bazzoni, passe plus qu'un mauvais quart d'heure...


Prochainement sur cet écran : le nouveau volume du sensationnel comics de Brian Christopher Wood, DMZ, une véritable bombe...
Enfin bref, que du bon à déguster sans modération!!!

mercredi 17 août 2011

Christopher Smith


Nous avons décidé d'ouvrir ce blog par une déclaration d'amour à un jeune cinéaste britannique que les distributeurs français ignorent superbement depuis quelques années. Preuve en est, ces deux derniers films sont sortis directement en DVD !!! Ils sont pourtant parmi les meilleurs bobines que le cinématographe nous ait donné en ce début de XXIième siècle.

Biographie express : Christopher Smith (16.08.70) est un réalisateur et scénariste britannique. Il s'est fait connaître auprès des amateurs d'horreur avec une excellente petite surprise, Creep, réalisé en 2004. Deux ans plus tard il renoue avec l'horreur en y ajoutant cette fois beaucoup d'humour noir avec Severance. Son troisième film, Triangle (2009), juxtapose le slasher avec la science fiction. Black Death est son quatrième long-métrage.

Black Death

Origine : GB & Allemagne
Année : 2010
Avec : David Warner, Carice Van Houten, Sean Bean, Tim McInnerny, Eddie Redmayne, Kimberley Nixon, John Lynch, Emu Elliott...
Edité en DVD par Seven 7


Chers amis, veuillez découvrir, ci-dessous, la version courte d’une analyse de Black Death tirée du passionnant blog Strange Vomit Dolls, pour lire la version complète(ainsi que tout plein d’autres z’articles) cliquez sur le lien présent là, à droite de cette critique, dans la rubrique mes blogs recommandés.

En l'an 1348, en Angleterre, un groupe de mercenaires a pour mission de retrouver un Nécromancien susceptible d'avoir propagé la peste bubonique dans la région. Paradoxalement, un village ne semble pas touché par cette maladie extrêmement contagieuse et mortelle. Avec l'aide d'un jeune moine du nom d’Edmund, le chevalier Ulric et ses acolytes partent à la recherche du village situé près d'un marais.
Dans la lignée de La Chair et le sang, pour son réalisme cru sans effet de style, et du Nom de la Rose, pour la richesse d'un scénario fortement axé sur les croyances chrétiennes et les superstitions, Black Death renoue avec le cinéma d'aventures rugueux, sans fioriture, mis en scène avec une rare intelligence. Dès le début, le ton mortifère est donné ! Nous sommes témoins d'une situation alarmante, véritable pandémie où des monceaux de cadavres desséchés puant la crasse et la mort déliquescente jonchent les sols de pierre crasseuse. Les terrains boueux mêlés de paille rêche avec leur diffuse et désagréable odeur de peste noire exacerbent l'humidité malsaine de l'air environnant. Nos valeureux héros vont traverser des sentiers moribonds dans cette atmosphère putride et étouffante, accentuée par une sombre photographie désaturée qui permet de mieux coller au caractère authentique du paysage moyenâgeux ainsi qu’à sa cruauté sans limite ! Une poignée de héros courageux et téméraires commandités par le chevalier Ulric vont livrer une croisade avec un jeune chrétien quelque peu troublé par cette période exsangue où tant d'innocents paient de leur vie à cause d'une maladie inexplicable. Les hommes, pécheurs dubitatifs et dépités, vont jusqu’à se demander si ce terrible fardeau n'est pas l'œuvre de Dieu lui même !


Illustrant un remarquable scénario bien structuré Christopher Smith nous dévoile, avec maitrise et virtuosité, un récit médiéval singulier de par son refus des artifices orthodoxes, ce qui relève d'un rare souci d'authenticité. Il nous livre la retranscription d'une époque barbare, en pleine dépression, où les croyances les plus niaises se mêlent avec celles des catholiques. Comme dans cette incroyable scène où une « sorcière » risque de brûler vive sur le bûcher par la faute d’une poignée d'ahuris (pour ne pas dire abrutis), c’est alors qu’Edmund, lucide, la sauvera de ses ravisseurs d'une manière totalement impromptue et cathartique ! Ce n'est que quelques minutes plus tard que l'on comprendra par quel ordre de conscience véritable Edmund a causé cette délivrance. Le metteur en scène dénonce ici, indubitablement, le folklore éhonté et grotesque lié à l’ambivalence des croyances catholiques. Le satanisme est également abordé, durant tout le récit Black Death traite des relations humaines et conflictuelles accomplies au nom de Dieu ou du Démon.
Christopher Smith retrace également, avec une belle dimension psychologique et une cruauté implacable (l'inquisition en pleine expansion avec ses instruments de torture singuliers !), le parcours de cette poignée d'hommes « exemplaires » partis à la recherche d'un bouc-émissaire. Des hommes emprisonnés en cage, noyés jusqu'au cou dans une mare hostile, profondément confortés(à une exception près !) dans leur foi et leur amour pour une cause idéalisée. Cette confrontation entre deux mondes opposés (le Bien et le Mal) se révèle alors un passionnant jeu de miroir.
L'interprétation au cordeau de comédiens aux vrais gueules d'acteurs burinés nous éprouve et émeut, leur voyage initiatique est sans détour. Sean Bean, dans le rôle du leader, impose une belle prestance autoritaire, courageux et rigide mais aussi angoissé et douteux. Le jeune Eddy Redmayne se révèle charismatique et poignant en jeune moine bien décidé à s'adapter à sa nouvelle entreprise virile. Un groupe affirmé et austère de guerriers sans peur ni pitié lui apprendront la dure réalité des faits. Sans doute le personnage le plus intéressant, et tout cela à cause d’une maudite idylle amoureuse envenimée par une sorcière malicieusement despotique. Ce qui aboutira à un final d'une totale noirceur et d'un triste nihilisme. Imprégné d'une ambiance sombre et poisseuse avec ses décors minimalistes rigoureux, Black Death est un diamant noir brut à ne rater sous aucun prétexte, un film pour les vrais amateurs de récit d'aventure âpre, sauvage et sans concessions.
Bruno Matéï



mardi 16 août 2011

Triangle

Origine : GB & Australie
Année : 2009
Ecrit et réalisé par Christopher Smith
Avec : Melissa George, Joshua McIvor, Jack Taylor, Michael Dorman, Henry Nixon, Rachael Carpani, Emma Lung, Liam Hemsworth, Bryan Probets…
Edité en DVD par CTV International


Durant l’édition 2011 du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer, alors que nous promenions nos micros pour glaner diverses infos, deux films, dans la compétition vidéo, ont enflammé le public vosgien. Heartless de Philip Ridley (2009), abordé dans notre émission n°36 de la saison 2 (http://www.lesfilmsdelagorgone.fr/mapage/index.html) et Triangle, le troisième long-métrage de Christopher Smith.
Triangle raconte le parcours de Jess, mère d’un enfant autiste, qui participe à une escapade maritime avec des amis. Pris dans une violente tempête, leur bateau se retourne. Les survivants se réfugient alors à bord d’un gigantesque navire fantôme. C’est là que Jess va revivre, en boucle, une série d’événements inexplicables tous plus horribles les uns que les autres.
Là ou on pouvait craindre une énième variation autour du thème du triangle des Bermudes, Christopher Smith, sur un sujet à la Rod Serling (La Quatrième Dimension), brode une intrigue d’une intelligence rare. Il utilise avec brio le sujet de la faille spatio-temporelle, évitant tous les clichés « shyamalanesques » (ah, revoir Devil et mourir… de rire !) et les pièges du story-telling pour imposer sa propre vision teintée de philosophie nihiliste.


En effet, en réutilisant le mythe de Sisyphe intelligemment, Christopher Smith affirme sa vision scientiste de l’humanité (il la confirme dans le magnifique Black Death-2010). Après les choix calamiteux de Franka Potente l’amenant à rencontrer le « grand méchant loup » dans Creep (2004) et ceux, encore plus lamentables, d’une bande de commerciaux antipathiques abattus par ceux qu’ils croient être leurs partenaires de jeux de rôle (Severance-2006), Jess, à travers ses prises de décision, est dans la continuité des personnages qui jalonnent la filmographie du petit génie de Bristol. La grande différence, dans cette péloche, est que durant quasiment 90mns, le spectateur ignore tout des motivations de Jess. Le retournement de situation final s’avère tétanisant et particulièrement noir.
Hormis quelques ellipses parfois malvenues, Triangle dépasse, de très loin, la majorité des productions horrifiques récentes. L’amateur de fantastique ne peut que constater, avec plaisir, que Christopher Smith s’affirme, de film en film, comme l’un des plus grands spécialistes contemporains du fantastique. Malheureusement, son talent semble peu intéresser les pourvoyeurs de bobines des salles obscures hexagonales, Triangle est resté, jusqu’ici, scandaleusement inédit. L’erreur est désormais réparée par CTV International qui sort cette petite bombe en DVD. Alors, à vos portes-monnaies !
Hanzo


Rediffusions estivales

Dès le 1er août retrouvez, chaque jour à 18h00, Culture Prohibée sur l'antenne de Graf’Hit (www.grafhit.net), il en sera ainsi durant tout l'été (en attendant la saison 3 qui démarrera avec du très lourd made in UK!).