Ce blog est celui de l'émission radiophonique Culture Prohibée. Produite et animée par les équipes des Films de la Gorgone et de Radio Graf'Hit, Culture Prohibée vous invite, chaque semaine, à découvrir divers aspects de la contre-culture à travers des émis-sions thématiques (le mouvement beatnik, le polar, la presse cinéma, le rock alternatif, le giallo, etc.) et des rencontres passion-nantes (interviews de Dario Argento, Bertrand Tavernier, Philippe Nahon, Costa-Gavras, etc.). Culture Prohibée est une émission hebdomadaire d'une heure diffusée le mardi à 17H sur les ondes de Radio Graf'Hit (rediffusions le samedi à 10H et le dimanche à 23H), une radio compiègnoise (Oise) du Réseau Ferarock. L'émission est également diffusée sur d'autres antennes : Radio Active 100 FM à Toulon, Radio Ballade à Espéraza, Radio Béton à Tours, Clin D'Oeil FM à Sophia-Antipolis, C'rock Radio à Vienne, Radio Valois Multien à Crépy en Valois et Radio Panik à Bruxelles.
Ce blog constitue un complément à l'émission en vous proposant des interviews inédites, des prolongements aux sujets traités à l'antenne ainsi qu'un retour détaillé sur les sorties DVD et bouquins que nous abordons "radiophoniquement". Autre particularités du blog, vous fournir le sommaire détaillée ainsi que la playlist de chaque émission. Pour plus d'infos, vous pouvez vous connecter sur le FB de l'émission en cliquant ici.
Vous pouvez écouter et télécharger l'émission sur le site des Films De La Gorgone.

dimanche 5 août 2012

Les lectures de Boris : Dix sur l'échelle de Richter


Ecrit par Arthur C. Clarke & Mike McQuay
Publié en 2001 chez J'Ai Lu

Alors Arthur C. Clarke (cf. photo ci-dessous) je ne vous fais pas l'affront d'une présentation. Mike McQuay, par contre, est une découverte. Né en 49, mort en 95, il n'a pas eu le temps d'être très prolixe. Je n'ai pas trouvé confirmation, mais il y a des chances pour que le manga animé Memories soit une adaptation de son roman éponyme. Pas mal de collaborations, quelques oeuvres personnelles, sa biographie est plutôt
discrète.

Pas comme sa trace dans le livre. Je ne sais pas pourquoi Clarke a fait une collaboration avec un auteur. Jusqu'à présent, des livres que j'ai lu de lui en co-écriture, il trouvait un collaborateur entrainant. Un spécialiste de cosmogonie, un physicien, un astrophysicien, des gens qui permettaient d'en faire plus, quoi. Là ils ont vraiment fait un roman de gare.


Comme son nom l'indique, 10 sur l'échelle de Richter parle de tremblements de terre. Surpris ? Les personnages sont très stéréotypés, même quand les auteurs atteignent le trans-genre, et ça c'est très fort ! Avoir autant de place pour faire quelque chose d'aussi étriqué est vexant pour le lecteur. L'histoire-même est d'un acabit identique, faite de poncifs, d'arguments spécieux aussi bien côté traditionaliste que progressiste. Je suis allé au bout du livre car d'une: c'était facile, de deux: la fin sauvera-t-elle le reste ? Malheureusement je me suis promis de parler de livres sans les raconter, alors assumez vos choix de lectures !


Ce que j'avais lu de Clarke qui soit le plus proche était Les fontaines du paradis (si mes souvenirs sont exacts), et ce n'était pas très brillant. Je ne m'explique toujours pas que Les fontaines aient eu le Nébula et le Hugo. En tout cas on est très très loin de la série L'Odyssée de l'espace, ou mieux encore, les Rama. Alors d'accord je suis peut-être plus sensible à l'espace qu'à la terre, mais la qualité scénaristique, la crédibilité des personnages, les prospections anticipatives et les sociétés décrites sont d'un autre tonneau. Concédons tout de même que l'on peut difficilement demander à quelqu'un d'être parfait chaque fois, et qu'un livre moins bien (voire pas bien) met en valeur les plus réussis, et que la majeure partie de l’oeuvre de Clarke vaut largement le déplacement. D'ailleurs ce n'est pas compliqué, on ne peut pas aimer la SF sans lire un peu de Clarke, mais un autre, peut-être ?

Boris

1 commentaire:

  1. Le gros problème lorsque l'on lit un Clarke, c'est son style. C'est s'une platitude extrême. les personnages sont mal campées, les descriptions des endroits pas terribles notamment. Mais il y a toujours un côté " sense of wonder" qui permet de ne pas s'ennuyer.

    RépondreSupprimer