Ce blog est celui de l'émission radiophonique Culture Prohibée. Produite et animée par les équipes des Films de la Gorgone et de Radio Graf'Hit, Culture Prohibée vous invite, chaque semaine, à découvrir divers aspects de la contre-culture à travers des émis-sions thématiques (le mouvement beatnik, le polar, la presse cinéma, le rock alternatif, le giallo, etc.) et des rencontres passion-nantes (interviews de Dario Argento, Bertrand Tavernier, Philippe Nahon, Costa-Gavras, etc.). Culture Prohibée est une émission hebdomadaire d'une heure diffusée le mardi à 17H sur les ondes de Radio Graf'Hit (rediffusions le samedi à 10H et le dimanche à 23H), une radio compiègnoise (Oise) du Réseau Ferarock. L'émission est également diffusée sur d'autres antennes : Radio Active 100 FM à Toulon, Radio Ballade à Espéraza, Radio Béton à Tours, Clin D'Oeil FM à Sophia-Antipolis, C'rock Radio à Vienne, Radio Valois Multien à Crépy en Valois et Radio Panik à Bruxelles.
Ce blog constitue un complément à l'émission en vous proposant des interviews inédites, des prolongements aux sujets traités à l'antenne ainsi qu'un retour détaillé sur les sorties DVD et bouquins que nous abordons "radiophoniquement". Autre particularités du blog, vous fournir le sommaire détaillée ainsi que la playlist de chaque émission. Pour plus d'infos, vous pouvez vous connecter sur le FB de l'émission en cliquant ici.
Vous pouvez écouter et télécharger l'émission sur le site des Films De La Gorgone.

dimanche 11 septembre 2011

Zombies Of Mass Destruction A.K.A. ZMD

Origine : USA
Année : 2009
Un film réalisé par Kevin Hamedani
Avec Janette Armand, Doug Fahl, Cooper Hopkins, Russell Hodgkinson…
Edité en DVD Zone 2 dans notre bel hexagone par Opening (2011)


En ce jour de 11 septembre 2011, triste date anniversaire du coup d'état organisé par les USA pour renverser le Gouvernement Allende en 1973 au Chili et installer Pinochet au pouvoir, l'Amérique commémore le 11 septembre 2001. Autre date dramatique puisque c'est là que la première puissance mondiale a pris conscience de sa vulnérabilité : jouer les gendarmes du monde peut conduire au pire ! Mais qu'en est-il, aujourd'hui, de l'état du peuple étasunien, a-t-il réussi à panser ses blessures ? Et bien non, semble nous dire ZMD : l'élection d'Obama ne serait qu'un leurre ?
Prenant appui sur un comics homonyme de Kevin Grevioux, Kevin Hamedani, scénariste et réalisateur du film, choisit délibérément d'en modifier l'histoire. En lieu et place de "super-zombies" créés par l'US army pour combattre en milieu nocturne, le metteur en scène préfère une intrigue axée autour d'un panel représentatif du prolétariat américain. ZMD se déroule dans une paisible bourgade, Port Gamble, dans laquelle une jeune (et jolie) fille d'origine iranienne, Frida, ainsi qu'un couple de gays vont devoir lutter contre une invasion de zombies (enfin... plutôt d'infectés). Mais ce n'est pas tout, Frida doit aussi affronter un père musulman traditionnaliste et un voisin réac', pendant que le couple d'homosexuels est confronté à la rude épreuve du "coming-out".


Mais le pire, pour ces trois olibrius, n'est pas la lutte contre les morts-vivants, mais celles contre les préjugés.
En effet, ils leur faut affronter :
-ceux qui pensent que c'est une attaque islamiste;
-les catholiques qui croient à une punition divine due à la présence des deux homosexuels dans la ville;
-les Républicains qui veulent récupérer la catastrophe;
-les Démocrates qui soupçonnent un complot des Républicains.
Kevin Hamedani égratigne donc sévèrement un mythe auquel plus personne ne croit : le rêve américain. Les USA sont donc loin d'avoir refermé cette plaie béante que constituent les attentats du 11 septembre 2001. Hamedani préfère le dire avec humour en s'appuyant sur les récents succès de Shaun of the dead (Edgard Wright-2004) et Bienvenue à Zombieland (Ruben Fleischer-2009). Ne pouvant jouer sur d'extraordinaires effets spéciaux, la faute à un budget minuscule, le réalisateur choisit la satire avec plus ou moins de bonheur.


La principale réussite de ce long-métrage restant la description du parcours du couple de gays, dont les rapports sont finements décrits. Quelques scènes sont même hilarantes, que ce soit celle du "coming-out" ou celle du châtiment divin. Par contre la liaison hétérosexuelle entre Frida et son gratteux de petit copain occasione un catalogue de clichés assez consternant. Seule la description de la relation qu'elle entretient avec son père retient l'attention, avec là aussi une scène mémorable qui voit ce dernier revenir la secourir.
ZMD constitue, au final, une bien bonne surprise qui mise avant tout sur un scénario assez souvent finaud (malgré quelques gros sabots). A noter également le révélation de deux acteurs au talent comique indéniable, Doug Fahl et Cooper Hopkins dont l'abattage fait mouche à chaque fois. Un film à voir en triple programme avec Tucker & Dale fightent le mal (Eli Craig-2010) et Super (James Gunn-2010), autres variations horrifico-comiques qui donnent une image assez tétanisante de l'Amérique post 11 septembre.
Hanzo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire